Responsabilité sociale

Responsabilité sociale

En tant qu’entreprise familiale, WISAG a une responsabilité vis-à-vis de la société. Encourager les jeunes générations en fait partie. C’est pour cette raison qu’en 2016, le groupe a embauché plus de 500 apprentis. Quand un jeune envisage d’entrer chez WISAG, la diversité de nos métiers lui permettra sans aucun doute de trouver une formation qui l’intéressera. Nous offrons aux bacheliers des possibilités d’acquérir des qualifications dans le cadre d’études supérieures en alternance suivies, et aux diplômés universitaires, nous proposons un programme de stage de deux ans permettant aux participants de se faire une idée globale des activités de facility management.

Chez WISAG, nous fournissons des prestations de services. Nous ne fabriquons ni ne vendons de produits classiques matériels ou virtuels. L’humain est au cœur de notre activité – et ce n’est pas un slogan mais la réalité que nous vivons au quotidien. Pour nous, en tant qu’entreprise familiale, il importe de réussir à long terme. Nous savons que nous devons agir de façon responsable et réfléchie pour préserver les emplois et en créer de nouveaux afin de répondre aux exigences de nos clients et de gérer nos affaires durablement. Nous mettons nos efforts au service de cette mission que nous acceptons avec joie.

Une entreprise qui, à l’instar de WISAG, emploie plusieurs dizaines de milliers de personnes assume en outre une responsabilité particulière. Rémunérer convenablement le personnel en fait partie. Nous nous engageons depuis longtemps pour la mise en place de salaires minimaux sur la base de conventions collectives dans des secteurs où les rémunérations d’aujourd’hui ne suffisent pas à nourrir une famille. Ce faible niveau de revenus est dû à plusieurs facteurs : les entreprises, mais aussi les organismes publics, attendent des services à des coûts aussi faibles que possible, et lorsqu’ils lancent des appels d’offres, leur choix dépend souvent exclusivement du prix. Les salariés chargés de faire le travail sont ceux qui en pâtissent. Souvent, ces tâches simples sont tout simplement mésestimées, alors que si personne ne s’en chargeait, notre société ne fonctionnerait pas. Les bas salaires ne sont pas dus à la faible productivité des salariés, ils illustrent le peu d’estime de la société à leur égard. Cette situation est toutefois en décalage avec une économie sociale de marché reposant par nature sur la solidarité et elle ne devrait pas exister dans une communauté aussi développée que l’Allemagne qui a justement inscrit l’économie sociale de marché dans sa constitution.